Quand et comment Roam sur League of Legends ?

League of Legends a beaucoup évolué au cours de ces 10 dernières années, notamment grâce aux joueurs, qui ont développé des mécaniques telles que le roam.

Roam (qui peut être traduit par “vagabonder” en français), est une mécanique de jeu qui consiste à quitter sa voie afin d’apporter le surnombre ailleurs. Le roam est utilisé pour récupérer de la vision, un objectif ou une élimination.

Le roam est souvent confondu avec le gank, et bien que les deux mécaniques se ressemblent, on peut dire que le gank est l’une des variantes du roam. En effet, récupérer une élimination n’est pas le seul intérêt de cette mécanique. 

Qu’est-ce que le roam sur League of Legends ?

Le roam est une mécanique que l’on peut retrouver dans plusieurs jeux. Cette mécanique consiste à quitter sa lane afin d’apporter le surnombre sur une autre voie.

Pourquoi roam ?

Souvent confondu avec le “gank”, le roam n’est pas utilisé systématiquement dans l’optique de récupérer des kills. 

Il est par exemple possible de roam pour :

  • récupérer de la vision
  • assister l’invade de son jungler
  • aider son équipe à récupérer un objectif
  • empêcher/zoner la rotation de l’équipe adverse

Le roam ne sert pas qu’à vous donner un avantage sur votre lane, mais dans la majorité des cas, à permettre à un ou plusieurs membres de votre équipe de prendre où conserver un avantage significatif.

La meta shutdown

La saison 12 a apporté son lot de changement, provoquant quelques polémiques, notamment à cause de la “meta shutdown”. 

La meta shutdown, c’est le système inventé par Riot Games afin d’aider les équipes perdantes à revenir dans la partie. Lorsqu’un champion prend l’avantage sur les autres (sbires, objectifs, kills), il voit apparaître une prime sur sa tête.

Cette prime pourra atteindre jusqu’à 1 000 golds, si le champion en question est très en avance sur ses adversaires. Si la personne avec la prime meurt, elle donne l’intégralité de la récompense à l’équipe adverse, ce qui lui permet de recoller rapidement au score. 

De plus, les tours et objectifs récupérés par les équipes en retard offrent également des bonus de golds, ce qui permet des retournements de partie incroyables.

Le rapport avec le roam ? Si vous jouez sur la voie du milieu, et que le Lucian adverse se retrouve en 4-0 après 10 minutes de jeu, ce dernier se retrouvera avec une prime sur la tête.

C’est le moment pour vous de chercher l’opportunité d’aller récupérer cette prime, ce qui relancera également votre botlane, qui se fait martyriser depuis le début de la partie.

Avant la meta shutdown, avoir une lane perdante était synonyme de handicap, désormais cela peut être une opportunité pour vous de vous mettre très bien dans la partie.

Si toutes vos lanes sont perdantes, n’hésitez pas à baser votre stratégie sur la récupération de ces primes en effectuant un roam ciblé !

Les plaques avant 14 minutes

Si la meta shutdown a eu un énorme impact sur le jeu et la mécanique de roam, l’ajout de plaques sur les tours a également eu un impact sur cette dernière. 

En effet, quitter sa lane pour apporter le surnombre sur les sidelanes peut désormais être punitif, en permettant à votre adversaire de récupérer des plaques sur votre tour.

Faisons un petit résumé des gains récupérables sur les différents objectifs :

ObjectifGains 
ÉliminationEntre 100 et 300 golds
AssistanceEntre 50 et 150 golds
Vague de sbire105 golds en début de partie
Vague de sbire canon165 golds en début de partie
Plaque160 golds

Disons que vous jouez Syndra Mid contre Zed, et que vous voyez une opportunité de punir la botlane adverse, qui se trouve sur la tour de vos alliés. Vous envoyez la vague de sbires sous tour, et décidez de vous déplacer, pendant que le Zed décide de rester sur la lane.

Vous arrivez sur la voie du bas et récupérez un kill (300 golds) avant de vous rendre compte que le Zed a crashé la vague de sbire sous votre tour mid, et qu’il est en train de taper cette dernière.

Pensez-vous que votre mouvement est rentable ? Faisons les calculs

Par manque de chance, vous récupérez 150 golds grâce à l’assistance, et vos deux alliés bot récupèrent l’assistance et le kill (450 golds en tout). Votre équipe récupère donc un avantage de 600 golds.

Le Zed récupère quant à lui 320 golds, en récupérant 2 plaques sur votre tour, et vous fait perdre 2 vagues de sbires, dont une vague canon.

Vous perdez donc 270 golds de sbires, ce qui, avec les 150 golds que vous avez récupérés sur la botlane, vous laisse avec une perte de 120 golds.

La différence entre vous et le Zed ? Il vient de vous mettre 440 golds d’écart en moins de 2 minutes. Le roam et gagnant pour votre équipe, mais vous a grandement fragilisé au mid. Vous êtes désormais derrière dans votre affrontement direct.

Comment roam sur la carte ?

Bien entendu, roam ne signifie pas que vous devez y laisser des plumes au profit de votre équipe. Il est d’ailleurs tout à fait possible de prendre un avantage sur son adversaire direct grâce à cette technique.

Il existe plusieurs méthodes pour se lancer dans un roam, et chacune d’entre elles est adaptée à une situation en particulier.

Depuis votre lane

La situation la plus courante est de vous déplacer depuis votre lane après avoir poussé la vague de sbires sous la tour ennemie, ou après avoir tué ce dernier. Il existe d’autres situations où vous pouvez amorcer un roam, mais nous reviendrons plus en détail dans la suite de l’article.

Depuis la base (Support, Jungler)

Après avoir amorcé un retour à la base, vous pouvez vous orienter vers une lane ou un objectif, afin d’y apporter le surnombre. L’ennemi ne s’attendra jamais à votre venue, car il est peu probable que vous passiez sur une ward en venant directement de la fontaine.

Via votre TP (Toplane, Midlane)

Le tp est un excellent moyen de roam, même s’il est désormais impossible de vous téléporter ailleurs que sur une tour avant 14 min de jeu. 

Le Tp peut toujours être utilisé afin de protéger vos alliés d’un dive, mais il faudra toujours penser à la quantité de ressources que vous êtes prêt à perdre sur votre lane en échange. 

Le bon moment pour roam ?

Le roam n’est pas une mécanique que vous devez utiliser n’importe quand, mais il existe un très grand nombre de situations où vous pouvez l’amorcer.

Vous dominez votre lane

Si vous dominez votre lane, vous aurez beaucoup plus de chances de réussir à roam, sans perdre trop de ressources, surtout si votre jungler peut vous aider à défendre une vague sur votre voie.

Quand votre ennemi freeze la lane

L’une des raisons qui peuvent vous pousser à roam et le freeze de lane de votre adversaire direct. Si vous le dominez, il tentera sûrement de rester le plus près de sa tour, en last-hittant les sbires le plus lentement possible.

Dans ces moments vous pouvez :

  • Aller chercher de la vision
  • Récupérer un objectif avec votre jungler (Herald, Dragon, Carapateur)
  • Accompagnez votre équipe dans une invade
  • Déplacer sur une autre lane pour gank

On voit souvent à bas Elo des joueurs dominer complètement leur adversaire, rester en lane en tentant de poke (en vain) leur ennemi sous leur tour. Il y a probablement une meilleure façon de faire fructifier votre avantage, en vous rendant utile sur la carte notamment. 

Quand vous crashez une vagues sous la tour ennemie

Lorsque vous crashez une vague sous la tour ennemie, vous pouvez, en fonction de la taille de cette dernière, tenter de roam sur la map.

Vous pouvez par exemple tenter d’utiliser la technique du “slow push” afin de former une grosse vague de sbires, que vous pourrez envoyer sous la tour adverse avant de décaler.

Vous savez qu’une autre lane vient de perdre son flash/soins/barrière/tp

Si vous jetez un œil à votre chat, vous vous apercevrez que de nombreux joueurs indiquent lorsqu’un ennemi perd ses sorts d’invocateurs. 

La perte d’un de ces sorts peut grandement fragiliser certains champions, qui deviennent alors extrêmement vulnérables. Pourquoi ne pas orienter votre roam sur l’Aphélios qui vient de perdre son flash, ou sur le Rumble qui n’as pas de téléportation et qui perdra beaucoup de sbires en cas de kill ?

Quand vous venez de tuer votre ennemi direct

Tuer votre adversaire direct peut vous ouvrir une fenêtre de roam, même si cette technique ne s’applique pas à toutes les situations. Il existe deux facteurs qui peuvent vous empêcher de roam après une élimination : 

  • Les temps de réparation sont très courts en début de partie
  • Votre adversaire a un TP de disponible

Si vous êtes aux alentours de la 10e minute de jeu, vous aurez probablement le temps de vous orienter sur une autre voie, d’effectuer un retour à la base et de revenir en lane (surtout si vous jouez TP).

Car vous êtes support

Si vous jouez support, il existe des timings de roam qui sont importants à connaître, et qui vous permettront d’être utiles sur toute la carte.

Quand votre adc n’est plus sur la lane

La première raison qui peut vous pousser à quitter la lane est la non-présence de votre Adc sur cette dernière pour l’une des raisons suivantes :

  • Votre Adc vient de retourner à la base, et vous n’avez rien à acheter
  • Votre Adc est mort et votre tour n’est pas en danger
  • Votre Adc a pris une rotation ailleurs sur la carte

Dans ces situations, une fenêtre s’ouvre afin de vous permettre d’apporter quelque chose sur la carte :

  • Récupérer de la vision
  • Assister l’invade de son jungler
  • Aider son équipe à récupérer un objectif
  • Gank une autre voie
  • Empêcher/zoner la rotation de l’équipe adverse

Quand votre adc est autonome

Si votre Adc n’est pas le genre à jouer les kamikazes ou que la vague de sbire se retrouve dans une situation favorable, vous pouvez décider de laisser votre coéquipier récupérer les ressources en solo.

En effet, ce dernier pourra prendre de l’avance en termes d’expérience sur son adversaire direct. Il existe plusieurs situations où votre Adc peut être laissé seul :

  • La vague est positionnée près de votre tour, en freeze
  • Le support adverse n’est pas sur la lane
  • Votre première tour est tombée
  • Votre Adc est trop loin derrière

Cela ne veut pas dire que vous devez laisser votre coéquipier dans un 1v2 permanent !

Quand le support ennemi se montre sur la carte

Dans cette situation, l’état de la vague de sbire doit influencer votre décision de roam ou non. Si cette dernière est proche de la tour adverse, aidez votre Adc à la crasher avant de vous déplacer.

Si elle est plus proche de votre tour et que le push est en votre faveur, n’hésitez pas à tenter de vous rendre utile ailleurs sur la carte. 

Quand votre ultime est disponible (Shen, TF, Galio, Panthéon)

Certains champions ont été conçus dans le but d’apporter le surnombre ou d’assister vos alliés dans certaines situations compliquées. C’est notamment le cas de Shen, Galio, Panthéon ou de TF, qui disposent d’ultimes leur permettant de se téléporter sur la carte.

Assurez-vous de ne pas trop perdre de ressources avant d’utiliser votre R. En effet, récupérer une assist pour offrir 2 plaques à votre adversaire n’est pas rentable.

Afin d’aider votre jungler

Le roam est également une bonne technique afin d’assister votre jungler. Vous pourrez notamment aider ce dernier à récupérer des camps ennemis ou à tendre une embuscade à vos adversaires.

Prendre de la vision pour définir la position du jungler adverse empêchera ce dernier d’être une menace pour votre équipe.

Si vous dominez votre adversaire, pourquoi ne pas assister votre jungler dans ses initiatives. Vous aiderez non seulement votre équipe, mais aurez peut-être l’occasion d’attraper le jungler ou le support ennemi !

Attention à la punition

Vous l’aurez compris, les bénéfices du roam sont incroyables et c’est la raison pour laquelle tous les bons joueurs utilisent cette mécanique.

Cependant, vous ne pouvez pas utiliser cette stratégie n’importe quand, n’importe comment. Voici 4 punitions possibles pour contrer le roam.

Les plaques

La principale punition d’un roam mal préparé est sans aucun doute les plaques avant 14 minutes de jeu. Depuis la saison 11, rester sur sa lane passivement vous récompensera mieux que d’effectuer un roam foireux.

À 160 golds la plaque, votre adversaire ne pourra que vous remercier d’avoir quitté votre lane pour ne rien prendre ailleurs en échange !

L’Herald

Si l’équipe adverse vient de récupérer l’Herald, ne vous lancez surtout pas dans un roam avant d’avoir vu le jungler adverse l’utiliser. En effet, ce dernier pourrait se servir d’un de vos décalages pour venir poser l’Herald sur votre lane, ce qui pourrait permettre à votre adversaire de récupérer plusieurs plaques, voire la première tour de la partie.

La vision

Plus vous évoluerez dans le ladder, et plus la carte sera warder par l’équipe adverse. Si vous vous déplacez dans la rivière ou la jungle afin d’assister une autre lane, vous passerez peut-être sur une ward qui vous sera fatale.

Si votre adversaire direct est sous sa tour en train de récupérer la vague de sbires que vous venez de pousser, le jungler, quant à lui, attend peut-être votre venue dans un buisson…

Le counter roam

Le counter roam dépend fortement du personnage de votre adversaire. En effet, disons que vous jouez Syndra et que vous venez de pousser une vague de 15 sbires sous la tour adverse, avant de vous diriger dans la rivière.

Votre adversaire joue Talon, et détruit la vague avant de vous suivre. Ce dernier ayant beaucoup de mobilité, il se retrouve sur la toplane 2 secondes après vous et votre 2v1 contre le Orn adverse se transforme en 2v2.

Alerté par les pings du Talon, son jungler, Lee Sin vient contrer votre roam au top, et là… c’est le drame ! Si vous ne voyez plus personne sur la lane, et n’avez aucune information sur le jungler, rebroussez chemin, c’est quasiment toujours la bonne solution.