Les MMORPG les plus joués du moment [MAJ 2021]

Le MMORPG est l’un des styles de jeu les plus appréciés de la communauté gamer, et la disponibilité de nombreux titres sur le marché rend parfois le choix difficile. Que ce soit sur Pc, mobile ou consoles, de nombreux titres sont disponibles, et l’un d’entre eux répondra assurément à vos attentes.

Quels sont les MMORPG les plus joués du moment?

  • World of Warcraft (PC)
  • The Elder Scrolls Online (PC, PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series, PlayStation 5)
  • Black Desert Online (PC, PlayStation 4, Xbox One, Xbox Series, PlayStation 5, )
  • FINAL FANTASY XIV: A Realm Reborn (PC, PlayStation 4, PlayStation 5)
  • New World (PC)

Bien que quelques MMORPG se détachent en terme de popularité, cela ne veut pas dire que d’autres sont inintéressants, loin de là. De nombreux MMORPG disponibles ont des choses très intéressantes à proposer, et nous vous en avons sélectionné un bon nombre qui pourrait vous intéresser.

World of Warcraft

MMORPG le plus populaire depuis 2005, World of Warcraft en est aujourd’hui à sa 8e extension : Shadowlands. Avec ses 7 millions de joueurs estimés, le jeu propose du contenu adapté à tous types de joueurs. Le contenu réservé aux personnages de haut niveau est probablement le plus complet de tous les MMORPG.

Que vous soyez adeptes de PVE, de PVP, de Lore ou de Roleplay, le jeu aura forcément quelque chose à vous proposer.

Une histoire est un Lore simple

Basé sur la licence Warcraft, le jeu a, au fil du temps, su faire évoluer sa trame, (avec parfois quelques incompréhensions, certes) afin de permettre aux joueurs d’évoluer dans un univers prenant.

À chaque extension, les joueurs partent à l’assaut de nouveaux donjons et raids, afin de venir à bout d’adversaires emblématiques de la licence. Cependant, les événements démarrent généralement par la corruption d’un être, ou l’apparition du fiel de la légion ardente à un endroit d’Azeroth.

Cette récurrence peut sembler redondante quand on vient d’autres univers comme ceux de TESO ou FFXIV, par exemple.

Shadowlands ne déroge pas à la règle

Dernière extension en date, Shadowlands permet aux joueurs de partir à l’assaut du monde de l’au-delà, suite à la destruction du heaume de domination, censé assurer la séparation du monde des vivants avec celui des morts.

Ce dernier est composé de 4 zones, qui abrite les âmes défuntes, en fonction de leurs actions durant leur vie mortelle. Le joueur devra s’associer à l’une des congrégations présente dans ces 4 zones, afin de se voir attribuer des pouvoirs particuliers et partir à l’assaut des forces maléfiques, qui cherchent à détruire le cycle de la vie et de la mort.

Un PVE offrant un vrai challenge

L’un des principals atout de World of Warcraft, est assurément son contenu PVE, qui propose plusieurs niveaux de difficulté aux joueurs. Les donjons, accessibles aux groupes de 5 joueurs, disposent de 4 modes de difficulté : Normal, Héroïque, Mythique et Mythique+.

Le dernier mode de difficulté, le Mythic+ propose un challenge évolutif, qui ne souffre d’aucune limite. Plus la clef du donjon est haute, plus cette dernière boost les capacités des monstres et des bosses, leur offrant, au passage, de nouvelles aptitudes.

L’objectif est donc de terminer votre donjon, avant le temps imparti, sachant que chaque mort de l’un des membres de votre groupe entraine une pénalité de temps.

Le second type de contenu, concerne les Raids, qui sont accessibles aux groupes de 10 à 30 joueurs en mode Normal et Héroïque, tandis que le mode Mythique, est quand à lui réservé aux groupes de 20 joueurs.

Là encore, le niveau évolue en fonction de la difficulté, et vaincre la totalité d’un palier de raid en mode Mythique représente un vrai défi. Enfin, World of Warcraft propose également un système de World Boss, qui changent chaque semaine, et offre des récompenses aux joueurs.

Un système de PVP complet

Si vous êtes plutôt adepte du PVP, World of Wacraft dispose de plusieurs modes de jeu qui peuvent vous intéresser. Le système de PVP sauvage vous permettra d’affronter les adversaires ayant activé leur mode de guerre au préalable.

Les champs de bataille proposent des affrontements allant de 10 contre 10 à 40 contre 40, avec des modes de jeux différents, tels que la capture de drapeau ou la défense d’objectifs, par exemple.

Cependant, le mode de jeu le plus populaire en PVP est probablement l’arène, qui vous permettra de créer des équipes de 2 ou de 3 afin de prendre part à des combats limités dans le temps.

L’arène dispose d’un mode de parties classées, ainsi qu’un mode escarmouche, qui fait office de parties amical. Monter dans le ladder d’arène vous permettra notamment de débloquer des titres, des apparences ou des montures, pour les plus doués d’entre vous.

Quelques lacunes qui peuvent en rebuter certains.

World of Warcraft dispose d’énormément de qualité, mais certains aspects peuvent également refroidir certains joueurs.

Premièrement, le contenu n’est destiné qu’aux joueurs de niveau maximum, et la phase de leveling n’a pas d’importance dans le jeu (comptez 20 heures pour atteindre le niveau 60).

De plus, le système de quêtes vous place sur des rails, et la narration est très pauvre. Les événements liés aux extensions sont très mal connectés entre eux, ce qui vous demandera de longues heures de recherches afin de comprendre l’intégralité de la trame.

Le système de RIO (addon qui vous attribue une côte en fonction de vos accomplissements en PVE) est extrêmement restrictif, et régit l’intégralité de votre progression en PVE.

La majorité des joueurs ne se basent que sur ce chiffre afin de composer leurs groupes de donjons, laissant souvent sur le carreau les nouveaux joueurs, ainsi que ceux qui ont rejoint l’extension en cours de route.

De nombreux joueurs n’hésitent pas à recourir au Power Leveling, afin d’augmenter leur RIO, polluant ainsi un peu plus le système. Rejoindre une guilde vous évitera donc de longues heures de frustrations.

World of Warcraft est également l’un des seuls jeux à imposer l’achat des extensions couplé à un système d’abonnement mensuel.

À 40€ l’extension + 13€ d’abonnement par mois, le jeu revient tout de même à environ 350€ tous les 2 ans (hors services en jeu). Un sacré budget qui peut être amorti grâce à l’achat de temps de jeu via l’or in game.

Pour conclure, le jeu est loin d’être joli graphiquement, et commence à payer ses 16 ans d’existence. Si aucun de ces aspects ne vous rebute, alors vous devriez vraiment laisser sa chance à l’extension Shadowlands.

Elders Scrolls Online

Sorti en avril 2014 avec l’immense responsabilité d’exploiter la licence de Bethesda, The Elders Scrolls Online est aujourd’hui l’un des MMO les plus appréciés de la communauté.

La liberté offerte au joueur, couplé à l’un des systèmes de quêtes et de narration les plus aboutis tous MMORPG confondus, permet aux joueurs d’être réellement connectés au jeu.

Une immersion incroyable

Dès votre première quête TESO vous fait comprendre que l’immersion sera au cœur de votre aventure, tant la narration et les voix des PNJ sont travaillées.

Certains arcs sont tellement intrigants que vous prendrez un réel plaisir à réaliser vos quêtes, afin de connaitre la suite de l’histoire.

Les zones jouent également un rôle majeur dans l’immersion du jeu, et chacune d’entre elles dispose d’un style et d’une histoire qui lui est propre. Vous ne trouverez, par exemple, aucune similitude entre la forêt de champignons de Vvardenfell ou le désert Alik’r, tant les enjeux, les quêtes, et les PNJ de ces zones sont différents.

Une personnalisation aboutie

À l’inverse d’un jeu comme World of Warcraft, par exemple, TESO vous offrira la possibilité de casser les codes du MMORPG classique. Vous pourrez par exemple spécialiser votre Sorcier en tant que Tank ou créer un Assassin qui pourra soigner ses alliés.

La liberté qui vous est offerte afin de créer le personnage qui vous convient est très appréciable, et les combinaisons sont suffisamment nombreuses pour que vous puissiez trouver chaussure à votre pied.

La personnalisation est l’un des points forts de The Elder Scrolls Online, et cela se caractérise également par le grand nombre de cosmétiques, qu’ils soient obtenables en jeu, ou via la boutique.

Vous avez également la possibilité de colorer chaque pièce de votre équipement, minimisant encore un peu plus la possibilité de rencontrer un autre joueur qui possède le même skin que vous !

Un monde immense, une liberté totale

La liberté est l’un des aspects les plus importants des MMORPG, et TESO est probablement l’un des meilleurs dans ce domaine. La taille de du monde est en constante évolution, et chaque extension ajoute un nouveau continent à la carte, qui est déjà l’une des plus grandes du genre.

Mais au-delà de la taille de la map, la force d’TESO réside dans la liberté offerte au joueur, qui aura le choix de devenir un justicier-modèle, un assassin sanguinaire ou un voleur sans scrupules.

Vous pourrez par exemple voler l’étable d’un PNJ, ou assassiner l’un d’entre eux, que ce soit dans le but de grimper les échelons de la confrérie noire, ou pour votre plaisir personnel.

Un vrai système d’artisanat

L’un des aspects les plus agréables de The Elder Scrolls Online est sans aucun doute le système d’artisanat, qui permet au joueur de créer l’équipement qui l’accompagnera tout au long de son aventure.

Pour évoluer dans l’un des 3 métiers d’artisanat, il vous faudra au préalable étudier des objets, afin d’en découvrir les traits, qui vous permettront ensuite de crafter des équipements de même style.

Les compétences d’artisanat nécessitent beaucoup d’investissement, et il vous faudra parfois plusieurs semaines pour compléter la recherche de certains traits.

Cependant, vos efforts ne seront pas vains, puisqu’une bonne connaissance en artisanat vous permettra de créer des équipements puissants, qui vous permettront de partir à la découverte du contenu haut niveau.

De plus, le système vous permettra de créer des équipements pour vos personnages secondaires, évitant la frustration de devoir recommencer depuis 0 à chacun de vos rerools.

Sachez cependant qu’il vous faudra débloquer des points de compétences, en battant des boss de donjon par exemple, afin d’évoluer dans vos métiers d’artisanats.

Du PVP de masse

Le PVP dans TESO est limité à une seule région, Cyrodil, et se déroule sous forme de guerre d’alliance. Lors de la création de votre personnage, vous choisissez entre 3 alliances, que vous devrez défendre lorsque vous prendrez part au PVP.

La carte est immense, et les objectifs sont divers, bien que le but principal soit de prendre le contrôle de 6 châteaux, afin de couronner un joueur de votre faction, qui obtiendra alors le statut d’empereur.

Pour aider votre faction, vous pouvez éliminer des ennemis, prendre le contrôle d’une arme de siège, renforcer les défenses ou encore capturer des positions stratégiques.

Votre évolution se fait via un système de rang, qui vous emmènera jusqu’au Vétéran de rang 14, ce qui aura pour effet de vous rendre plus efficace.

Le sentiment de montée en puissance est significatif, et vos premières heures dans Cyrodil vous feront prendre conscience du chemin que vous avez à parcourir, tant les ennemis vont vous sembler d’un tout autre niveau.

Une fois acclimaté, vous prendre beaucoup de plaisir à évoluer dans Cyrodil, peut-être assez pour envisager de devenir empereur à votre tour !

Du PVE agréable, et interactif

Le PVE dans TESO réside dans la compréhension des mécaniques, et l’équipement des personnages du groupe a beaucoup moins d’importance que dans la majorité des MMORPG.

Les donjons Veteran ( qui représente le plus haut niveau de difficulté) nécessitent tous de même une bonne connaissance, tous comme les Raids, qui disposent de mécaniques qui peuvent s’avérer punitives.

Les interactions et les actions a réaliser sont également nombreuses, évitant ainsi de se retrouver face à des boss « poteaux » qu’il faut burst sans aucune réflexion.

Black Desert Online

Considéré comme un Ovni lors de sa sortie en 2014, Black Desert Online tire sa force de son gameplay extrêmement agressif et dynamique, parfois comparé à celui d’un Hack ‘n’ slash. Dans BDO, il vous faudra farmer des mois durant pour espérer obtenir un équipement correct, mais si vous êtes un adepte du farming et du PVP, cet aspect ne devrait pas trop vous déranger.

Un gameplay explosif

C’est probablement ce qui saute aux yeux lorsque vous regardez un gameplay de Black Desert Online pour la première fois. Le gameplay est nerveux, basé sur les combos et des animations très travaillés.

La prise en main est assez instinctive, mais il vous faudra investir du temps afin de maitriser pleinement votre classe. Cette sensation est présente lors des premiers niveaux, à l’inverse de certains MMORPG où les premières heures nous offrent un gameplay très plat.

Afin de faire évoluer vos compétences, vous disposez d’un arbre de talents, qui vous permettra de vous spécialiser dans le domaine que vous souhaitez. Le choix est assez important, (bien que certains builds soient plus viables que d’autres) et vous pourrez optimiser votre personnage pour le PVP, le farming, le PVE, voir envisager un build hybride.

Du farm, du farm et … DU FARM

Comme tout bon MMORPG Coréen qui se respecte, ce dernier est destiné aux adeptes de farming, et il vous en faudra beaucoup pour espérer optimiser votre personnage. D’autres activités sont bien sûr disponibles, comme l’artisanat, la récolte, les quêtes etc.

Cependant, le jeu dispose d’un contenu PVE très limité, ce qui a pour conséquence de le rendre jouable en solo. Vous pourrez donc avancer de votre côté, et ne pas dépendre d’une guilde pour vous optimiser, dans un premier temps, même si certaines parties du contenu nécessitent un groupe.

Un jeu majoritairement PVP

Même si les activités transverses ont une place importante dans le jeu, la majorité des joueurs optimisent leurs équipements afin de pouvoir prendre part au contenu PVP.

Et dans Black Desert Online, « prendre part » n’est pas toujours un choix, puisque vous pouvez attaquer ou être attaqué par n’importe quel joueur adverse (hors zone safe).

Le jeu se base sur un système de Karma, qui s’amenuise à chaque fois que vous assenez un coup fatal, et ce même si vous n’avez pas déclenché les hostilités.

Pour récupérer votre Karma, il vous faudra tuer des monstres, afin d’éviter que votre barre ne tombe à 0, permettant ainsi aux PNJ de vous attaquer à vue.

La différence de puissance entre un personnage optimisé et un nouveau joueur est énorme, et vous aller devoir apprendre à vous faire One Shot dans les premiers temps !

Farmer des monstres et monter ses compétences d’artisanat vous permettra de récupérer de l’équipement, et de réduire le gouffre avec les joueurs expérimentés, avant d’envisager de prendre part au PVP en groupe.

Le monde de BDO est soumis à un système de node, qui se présente comme une région, contrôlée par une guilde. Le contrôle de nodes permet à la guilde de récupérer des taxes qui serviront ainsi à la croissance de cette dernière.

Les batailles de guildes permettent de contester la node, afin d’avoir la possibilité d’en prendre le contrôle. À la fin d’une guerre de node, les joueurs peuvent recevoir des médailles, échangeables contre de la monnaie ou des items en jeu.

Une optimisation lente

Comme évoqué plus haut, Black Desert Online est un jeu nécessitant beaucoup d’investissement afin d’obtenir un équipement puissant.

Il vous faudra pour cela monter vos compétences d’artisanats et farmer en boucle, afin d’avoir une chance en PVP contre les joueurs aguerris. Afin de vous équiper correctement, il faudra compter plusieurs heures de jeu par jour, et ce pendant plusieurs mois.

Cependant, il existe un moyen d’accélérer le processus, qui est généralement très commun dans les jeux asiatiques…

Pas pay to win… mais presque

Le terme « pay to win » désigne un jeu ou des items offrant un avantage de puissance sont vendus en argent réel, et qui ne peuvent pas être obtenu en jeu.

Dans Black Desert Online, la donne est un peu différente, puisque les objets vendus dans la boutique ne vous permettront pas d’être plus puissant que les autres. Cependant, ils amélioreront considérablement la vitesse à laquelle vous progressez.

Dans BDO, il vous faudra amélioré votre équipement via un système qui sera de plus en plus complexe en fonction du niveau d’amélioration souhaité.

Chaque item dispose d’une durabilité, et chaque amélioration dispose d’une chance de réussite. Si votre amélioration échoue, la durabilité de votre item diminue, et il vous faudra la remonter pour espérer retenter votre chance.

Les derniers niveaux d’améliorations nécessitent beaucoup de temps et de farm afin d’être obtenu, où vous pouvez opter pour l’achat de mémoires d’artisan dans la boutique.

Les mémoires d’artisan vous permettront d’augmenter la durabilité de vos équipements, et ainsi améliorer grandement la vitesse à laquelle vous pouvez améliorer votre équipement.

Un joueur ayant la possibilité d’investir de l’argent dans le jeu gagnera donc beaucoup de temps côté artisanat.

La boutique vous permet également d’acheter des familiers, qui ramasseront les loots à votre place, ce qui vous fera gagner énormément de temps lors de vos sessions de farming, en plus de vous offrir quelques bonus en tous genres.

Enfin, la boutique propose d’autres services, comme l’extension de stockage, des costumes etc… Si vous pouvez passer outre ce système de « payer pour progresser plus rapidement », alors sachez que BDO est un MMORPG qui vaut le détour.

FINAL FANTASY XIV: A Realm Reborn

Après avoir enregistré un flop monumental lors de sa sortie en 2010, FFXIV a su renaitre de ses cendres afin de proposer un MMORPG de qualité aux fans de la série.

Profitant de l’énorme licence de Square Enix, le jeu a su se renouveler afin de proposer l’un des meilleurs contenu PVE du genre, qui a su séduire plusieurs millions de joueurs.

Ambiance et Lore : un chef d’œuvre

Aucun autre MMORPG ne peut se targuer d’approcher du niveau d’excellence atteint par FFXIV en terme d’ambiance. Les graphismes sont beaux, et colles parfaitement à l’univers de la série, mais c’est bel et bien la bande-son qui donne cette sensation d’immersion.

Les musiques émotionnelles, épiques voire déjantée, viennent coller parfaitement à la situation dans laquelle vous vous trouvez, balayant ainsi tous ce que vous avez pu connaitre dans d’autres MMORPG.

Le Lore de FFXIV est également l’un des meilleurs du marché, et est bien plus complexe que celui de WOW, pour ne citer que lui. Ici, les enjeux sont clairement établis, et on ressent l’impression de prendre part à quelque chose de grand.

Le jeu propose également de nombreuses cinématiques, qui ont pour but de faire évoluer l’histoire, améliorant encore un peu plus l’immersion proposée au joueur. Enfin, le système de quêtes est également conçu dans le but de vous faire accrocher à l’histoire, et vous proposera une narration intéressante.

Nouveaux joueurs « friendly »

Probablement l’un des plus gros freins du jeu il y a encore un an, l’accessibilité pour les nouveaux joueurs a été considérablement amélioré par les développeurs.

Avant la dernière extension, Shadowbringers, les nouveaux joueurs devaient prendre part à l’intégralité de l’histoire des extensions précédentes, avant de pouvoir profiter du nouveau contenu.

Au programme, une centaine d’heures de jeu, des allers-retours incessants, un gameplay pas très dynamique et des longues heures de cinématiques.

Désormais, l’histoire principale a été raccourcie, les aller-retour sont moins fréquents, et certains serveurs, dédiés aux nouveaux joueurs, vous permettent même d’obtenir un bonus de 100% d’expérience pendant 3 mois. Ce dernier est valable sur tous les aspects du jeu, tels que les quêtes ou l’expérience glanée en tuant des monstres.

Un personnage pour les jouer tous

C’est vrai, le titre est moins badass que la réplique culte du Seigneur des anneaux, mais elle colle plutôt bien au concept de ce FFXIV. Vous créez un seul personnage, et ce dernier pourra jouer tous les JOBS disponibles dans le jeu.

Vous pourrez donc jouer un Paladin, et switcher sur votre Mage Blanc en un clic, et ce, sans changer de personnage. Toute votre avancée est donc condensée sur un seul personnage, une sacrée bonne idée en somme.

Le PVE, la grande force de FFXIV

Le PVE est l’une des grandes forces de ce Final Fantasy XIV, et la difficulté qui accompagne la sortie de chaque nouveau boss est présente, proposant du fil à retordre aux meilleures guildes du jeu.

À l’inverse d’un jeu comme WOW, les raids sont séparés en plusieurs parties, et chacune d’entre elles est composée de trash mobs et d’un unique boss.

Cette disposition a deux avantages majeurs : elle amplifie le côté épique de la rencontre, et permet aux joueurs disposant d’un faible temps de jeu de ne pas être pénalisé.

Il existe deux types de raids : ceux destinés aux groupes de 8 joueurs, et ceux destinés aux groupes de 24 joueurs. Les raids à 8 sont les plus difficiles et offrent les meilleurs équipements.

La difficulté majeure du PVE de FFXIV réside également dans l’utilisation des sorts, qui est moins basée sur un cycle comme peut l’être World of Warcraft. La prise en main est plus complexe, et ne se limite pas au spam de 3 touches en boucle.

Un grand nombre d’activités parallèle

FFXIV est réputé pour la qualité de son PVE, mais de nombreuses activités sont disponibles en parallèle. Vous pouvez par exemple prendre part à des courses de Chocobo, créez et customiser votre maison, ou participer à des « puzzle jumps ».

Toutes les activités proposées dans FFXIV sont bien plus fun à réaliser en guilde, à l’inverse d’un Black Desert Online, qui vous permet de profiter de la majorité du contenu en solo.

New World : dans la cour des grands ?

Si vous vous intéressez un temp soit peu aux jeux vidéo, vous avez du entendre parler de New World, le MMORPG d’Amazon Games. Après plusieurs phases de bêta le jeu se prépare à sortir le 28 septembre 2021, et est considéré par beaucoup comme le MMO pouvant rivaliser avec les mastodontes du marché.

Un système de classes intéressant

La principale attraction de New World réside dans son système de personnage sans classe, puisque tous les personnages seront les mêmes au niveau 1.

C’est en utilisant certaines armes et certaines compétences que votre personnage se spécialisera. Par exemple, si vous utilisez une rapière et une armure légère, vos aptitudes dans ces domaines augmenteront.

Les points de statistiques, tels que la force, l’agilité, la constitution ou encore la concentration viendront compléter votre spécialisation.

Une histoire simple mais efficace

Vous débarquez sur Ethernum, après avoir pris place à une expédition qui a mal tourné, et qui a fait s’échouer l’ensemble de la flotte qui vous accompagnait sur l’île. Le problème, c’est que cette dernière est maudite, et qu’il vous faudra vous battre pour survivre et évoluer dans ce milieu hostile.

New World est un MMORPG sandbox, ce qui vous permettra de vivre votre propre histoire. Certains événements seront dictés par vos choix, ce qui permettra aux fans de roleplay de s’y retrouver. Ces fans pourront cependant se sentir lésés, en voyant la pauvreté sans nom concernant la création de personnages.

Les visages sont lisses, la taille du personnage n’est pas modifiable et l’ajout de peintures de guerre, tatouages, piercings sont tout simplement absents…

Un gameplay différent

Le jeu est basé sur l’artisanat et la récolte, et les serveurs sont régis par ces deux aspects. Si vous détestez ces deux mécaniques de jeu, New World risque de ne pas vous plaire. En effet, l’intégralité des équipements, consommables et autres améliorations sont créées par les joueurs.

Vous devrez donc vous intéresser à l’artisanat, ou vous fournir à l’hôtel des ventes pour avancer. Concernant les combats, ces derniers sont plutôt sobres, et sont basés sur le timing et l’esquive.

Pas d’effets spéciaux dans tous les sens, ni de saut de 5m provoquant une explosion gargantuesque ! Une partie des joueurs de la bêta ont d’ailleurs été déçu du dynamisme des combats, pointant un manque de fantaisie.

À voir comment New World va se comporter lors des premiers mois, mais nuls doutes que l’ajout de contenu sera régulier, et qu’Amazon Games fera tout son possible afin de satisfaire les joueurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.