L’évolution des consoles de jeux vidéo

De nos jours, entrer dans un univers entièrement modélisé en 3D, et ressemblant au monde réel est devenu quelque chose de banal. Pourtant il aura fallu plus de 50 ans et 70 consoles pour atteindre ce réalisme. 

L’évolution des consoles de jeux vidéo :

  • 1ère génération : Les premières consoles
  • 2e génération : Le premier succès mondial
  • 3e génération : La naissance des licences mythiques
  • 4e génération : L’évolution des manettes, 2.5D et stéréo
  • 5e génération : L’avènement de la 3D et l’émergence du CD-ROM
  • 6e génération : L’arrivée des jeux en ligne
  • 7e Génération : La révolution Nintendo et la HD
  • 8e génération : Les services en ligne
  • 9e génération : 4K/8K et cloud gaming

Pour évoluer, les consoles de jeux ont toujours été dépendantes des avancées technologiques, qui, au fil des années, ont offertes de plus en plus de puissance de calcul nécessaires à la création de jeux plus complets.

Les 50 dernières années

Quand on parle d’évolution des consoles de jeux de salon, on parle principalement de l’évolution des graphismes au fil des générations. Même si cet aspect est très important, l’évolution de la mémoire, des manettes, des connectiques etc. furent au moins aussi importantes.

En effet, vous serez surement d’accord avec moi pour dire qu’un beau jeu n’est pas forcément un bon jeu, et que d’autres éléments entrent en compte.

Pour créer des mondes riches, des PNJ intelligents, et des écosystèmes vivants, il aura notamment fallu attendre l’arrivée des supports permettant de stocker plus de données. Un véritable bond en avant fût réalisé avec le CD ROM, qui permit de stocker beaucoup plus de données que son ancêtre, la cartouche.

Autrefois présentées sous forme de boîtiers rudimentaires, les manettes de l’époque n’étaient pas les plus ergonomiques.

Il faut dire qu’à l’époque, les jeux ne permettaient que des actions simplistes, ce qui ne nécessitait généralement pas plus de 2 ou 3 boutons.

Au fil du temps, les jeux se sont complexifiés, en demandant à l’utilisateur de réaliser des actions de plus en plus complexes.

Si la puissance et l’ergonomie de leurs manettes sont en majorité responsables du succès des consoles, les connectiques telles que les sorties audio ont également eu un rôle majeur dans l’évolution de ces dernières. 

Lors de l’avènement des premières consoles de jeux, l’ambiance se limitait à ce qu’il s’affichait à l’écran, puisque l’audio n’était pas encore géré. Il fallut attendre Computer Space, en 1971, pour entendre les premiers sons provenant d’un jeu vidéo.

1ère génération : Les premières consoles

Si le premier jeu vidéo, Spacewar!, a vu le jour en 1962, il faudra attendre près de 10 ans pour voir la première console de salon débarquer pour le grand public.

En 1972 la Magnavox Odyssey débarque sur le marché Américain (1973 en Europe), pour un prix avoisinant les 100$, ce qui représente environ 500€ de nos jours. 

À ce prix, vous les heureux élus pouvaient profiter de 12 jeux, intégrés directement dans la console, puisque l’Odyssey ne disposait pas de lecteur de cartouches. 

La manette était très loin de ressembler aux standards actuels, puisque cette dernière se présentait sous forme d’une boîte équipée d’une molette sur chaque côté. 

Il faut dire qu’à l’époque, les jeux ne permettaient que des actions simplistes, comme des déplacements sur 1 dimension et une touche action (tir, coup, etc.)

Ces molettes permettaient à deux joueurs de s’affronter ce qui contribua à créer cette notion de rivalité, désormais très présente dans les jeux vidéo actuels.

Avec 350.000 unités vendues, la Magnavox venait d’ouvrir la voie au marché des consoles de salons, puisque Atari et sa Home Pong, Coleco et sa Telstar puis Nintendo et sa Color TV game suivront dans lors des 3 années suivantes.

2e génération : Le premier succès mondial

En 1976, l’Atari VCS (renommée Atari 2600 en 1982), va permettre aux consoles de salon de faire un énorme bond en avant.

Après avoir sondé le marché du jeu vidéo avec leur Home Pong, Atari va équiper sa nouvelle console d’un microprocesseur (8-bit MOS Technology 6507 cadencé à  1.19 MHz), d’un lecteur de cartouches, et de 128 bytes de ram.

Atari VCS (2600)

Le prix de la console sera de 199$ (700 €  aujourd’hui), ce qui n’empêchera pas Atari de vendre plus de 800.000 consoles lors des premiers 18 mois. À ce prix, les acheteurs obtenaient la console, 2 gamepads et un jeu, Combat.

Il faut dire que la promesse de pouvoir ajouter de nouveaux jeux, couplée au fait de pouvoir jouer en couleur et avec des sons était alléchante en 1976.

À cette époque, le nombre de sons pouvant être joués en même temps étaient limités, dû au peu de canaux audio disponibles.

Par exemple, si le laser d’un vaisseau était utilisé, le jeu devait interrompre les autres pendant ce laps de temps, car la console n’était pas capable de produire les 2 sons en même temps.

Matel et Coleco tenteront de venir concurrencer Atari, avec leur Intellivision et Colecovision, mais la sortie de Pac-man, en 1980, viendra définitivement sceller la domination de l’Atari 2600

En 1982, Atari tentera de lancer une nouvelle console : l’Atari 5200, qui sera un énorme flop, et qui cessera d’être produite 2 ans après sa sortie. 

3e génération : La naissance des licences mythiques

Au début des années 1980, le monde connaît une période de récession, qui désintéresse totalement la population des consoles de salon. Le marché est saturé, et les éditeurs de jeux sont sur la paille, et certains d’entre eux mettront la clef sous la porte.

Dans cette optique, Sega et Nintendo décident de commercialiser leurs consoles exclusivement au Japon. Le 15 Juillet 1983, la Sega SG-1000 et la Nintendo Famicom (NES) débarque sur le sol nippon.

Fort de son succès, Nintendo décide de lancer sa version occidentale, la NES fin 1985 (1986 en Europe), avec pour tête d’affiche, le culte Super Mario Bros.

NES

Très vite dépassé, Sega va sortir sa nouvelle console, la Sega Master System, qui tentera de stopper la suprématie de Mario avec son alter ego : Alex Kidd.

La nouvelle console de Sega est plus puissante, affiche de meilleurs graphismes, et est aussi supérieure à la NES en termes de qualité de son.

Master System

En proposant des hits tels que Phantasy Star, la Master System va surtout rencontrer son succès en Europe, où elle fera jeu égal avec la NES.

Pourtant, la NES restera intouchable durant cette période, puisque la console met en lumière un nouveau style de jeu : ls RPG, et frappe un grand coup avec Final Fantasy, The Legend of Zelda, MegaMan, Dragon Quest, Castlevania et surtout Super Mario Bros.

Avec plus de 64 millions de consoles vendues, contre 18 millions pour la console de Sega, Nintendo remportera la première vraie guerre des consoles.

4e génération : L’évolution des manettes, 2.5D et stéréo

La 4e génération de consoles de salon voit le jour avec l’arrivée au Japon de la NEC TurboGrafx-16, en 1987. Pourtant, c’est bien la nouvelle console de Sega, la Genesis (Mega Drive), qui va tirer son épingle du jeu fin 1988 (30 novembre 1990 en Europe).

Mega Drive

Bien décidé à contester la suprématie de la NES de Nintendo, Sega va changer de tête d’affiche, en remplaçant Alex Kidd par Sonic. 

Cette 4e génération de consoles a beaucoup évolué en comparaison avec la précédente. Tout d’abord la puissance passe de 8 bits (256 couleurs) à 16 bits (+ de 65000 couleurs) ce qui permet de faire un bond significatif en termes de graphisme.

De plus, la 2,5D, qui permet d’avoir une notion de profondeur, vient révolutionner la manière de jouer, et il est désormais possible de s’orienter dans 8 directions différentes, contre 4 auparavant.

Dans son duel qui l’oppose à la NES, la Sega Genesis va très vite s’imposer comme LA console de salon, mais allait devoir résister à la sortie de la Nintendo Super NES, sortie fin Novembre 1990 au Japon (Avril 1992 en Europe).

SNES

Les principaux jeux de la Super NES (SNES) :

  • Super Metroid
  • Donkey Kong Country
  • Super Mario World 2 : Yoshi’s Island
  • Chrono Trigger
  • Secret of Mana 
  • The Legend of Zelda: A Link to the Past

En plus d’un casting de jeux monstrueux, la SNES s’appuiera également sur sa manette révolutionnaire, proposant non seulement 4 boutons (contre 3 pour la Genesis) mais surtout 2 gâchettes, présentes sur les tranches de la manette.

Nintendo avait compris que l’avenir du jeu vidéo passerait par la possibilité de permettre aux joueurs d’effectuer plus d’actions, et la manette de sa SNES allait révolutionner le gameplay.

La Neo Geo de SNK sortira également en 1991, et sera la dernière console de la 4e génération, mais cette dernière peinera à trouver le succès escompté, la console étant destiné aux fans de jeux d’arcade.

5e génération : L’avènement de la 3D et l’émergence du CD-ROM

La 5e génération de consoles débute avec la sortie de la 3DO interactive multiplayer, qui affichera un prix record de 700$ le jour de sa sortie (l’équivalent de 1000€ aujourd’hui). 

Atari va également tenter de revenir dans la danse avec sa Jaguar la même année, mais, à l’instar de la 3D0, cette dernière ne va pas rencontrer le succès escompter.

Il faudra attendre 1995 pour voir l’apparition de deux nouveaux poids lourds : la Sega Saturn et la Playstation de Sony.

Saturn
Playstation

Grâce à la nouvelle puissance de calcul embarquée dans les consoles de la génération, et le nouveau support CD-ROM, les jeux 3D deviennent la norme sur le marché.

Cette 5e génération mettra une claque visuelle aux joueurs, notamment grâce aux technologies 3D telles que l’anti aliasing et le texture filtering.

Les mondes ouverts commencent à faire leur apparition, et l’ergonomie des manettes fera un bond gigantesque en avant.

En effet, l’arrivée des jeux en 3D apporte  son lot de problèmes, puisqu’il faut désormais gérer d’avantages de possibilités au niveau des déplacements.

La Dualshock de Sony se positionne comme la référence, en proposant une quinzaine de boutons, ainsi que la possibilité de se déplacer via des flèches directionnelles, puis par la suite via des joysticks.

Manette Dualshock

L’arrivée des CD-ROM, capables de prendre en charge 24 canaux de qualité audio, (équivalente à celle d’un CD) permettra aux développeurs de proposer des musiques  qui révolutionneront l’immersion dans les jeux vidéo.

La Sony Playstation prendra rapidement un avantage sur la Saturn de Sega, notamment grâce aux succès de Crash Bandicoot, Final Fantasy VII où le jeu le plus vendu de la console : Gran Turismo.

C’est à ce moment que Nintendo décide d’entrer dans la danse, en commercialisant sa N64, le 1er Mars 1997 en Europe.

Nintendo 64

Les différences entre la Nintendo 64 et la Playstation :

  • L’architecture 64 bits, contre 32 pour Sony.
  • L’unique stick analogique au centre de la manette.
  • Le choix d’utiliser le support cartouche plutôt que le CD-ROM.

En envoyant The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Mario 64 et Super Smash Bros dans la bataille, Nintendo compte refaire son retard sur la Playstation.

Sony répondra avec des jeux devenus mythiques, tels que Metal Gear Solid, Tekken 3, Tomb Raider ou Resident Evil.

D’autres consoles verront le jour durant cette période dorée, telles que la PC-FX, l’Amiga CD32 où encore la FM Towns Marty, mais aucune ne parviendra à s’immiscer dans le duel des deux poids lourds.

Avec plus de 102 millions de Playstation vendues, Sony remportera haut la main la bataille de la 5e génération, même si les 33 millions de ventes de la N64 seront plus qu’honorables. 

6e génération : L’arrivée des jeux en ligne

La 6e génération de consoles est considérée comme l’âge d’or par de nombreux observateurs.

En effet, Sony sort venait de frapper un grand coup avec sa Playstation, Sega souhaitait faire oublier l’échec de sa Saturn tandis que Nintendo voulait empêcher Sony d’être le numéro un lors de deux générations de consoles consécutives.

Ajoutez à cela l’entrée en lice du géant Américain Microsoft, avec sa Xbox, et vous comprendrez que la concurrence qu’allaient se lancer les 4 mastodontes allait forcément donner quelque chose de grandiose. 

C’est Sega qui dégainera le premier avec sa Dreamcast en 1999, bien conscient que les échecs lors des précédentes générations l’ont grandement fragilisé. Pourtant seul sur le marché, la Dreamcast ne rencontrera pas le succès attendu, et la technologie GD-Rom embarquée y est pour beaucoup.

Dreamcast

1 an après, en Novembre 2000, Sony sort la Playstation 2, équipée d’un lecteur DVD et d’une rétro compatibilité des jeux Playstation. En sécurisant des exclusivités comme Final Fantasy X, GTA III et Metal Gear Solid 2, Sony allait créer un cataclysme dans cette 6e génération de consoles.

Playstation 2

L’année suivante, Nintendo lancera sa Gamecube tandis que Microsoft entrera sur le marché avec sa très attendue XBOX. La Dreamcast semble déjà dépassée, 2 ans après son lancement, ce qui sortira définitivement Sega du marché des consoles.

Gamecube
XBOX

Microsoft, Playstation et Nintendo vont donc se disputer le gâteau, bien que les consoles soient destinées à un usage différent.

Les jeux notables de la 6e génération de consoles :

Playstation 2
Tekken Tag Tournament (2000)
Final Fantasy X (2001)
God of War (2005), God of War II (2007)
Metal Gear Solid II : Son of the Liberty (2001)
Metal Gear Solid III : Snake Eater (2005)
Shadow of the Colossus (2005)
Gamecube
The Legend of Zelda : The Wind Waker (2003)
Metroid Prime (2003)
Resident Evil 4 (2004)
Super Mario Sunshine (2002)
Super Smash Bros. Melee (2001)
Xbox
Halo 2 (2004)
Fable (2004)
Star Wars: Knights of the Old Republic (2003)
Halow : Comvat Evolved
Tom Clancy’s Splinter Cell

Le premier enjeu de cette 6e génération consiste à proposer aux joueurs de prendre part à des parties en ligne, et à ce petit jeu, le Xbox Live de Microsoft sera le plus performant.

La firme Américaine proposera une expérience de jeu en ligne jamais atteinte sur console, notamment sur Halo 2. Bien que moins puissante que la Xbox, la Playstation 2 profitera de sa liste d’exclusivités, de sa rétrocompatibilité avec la PS1, et de sa notoriété au Japon pour écraser la concurrence.

La Gamecube, beaucoup moins puissante que les 2 autres, ne proposera pas non plus de possibilités de jouer en ligne. Pourtant ses licences mythiques lui permettront de venir titiller la Xbox.

7e Génération : La révolution Nintendo et la HD

La 7e génération de consoles débute avec l’arrivée de la Xbox 360 en fin 2005. Microsoft, qui est entrée sur le marché des consoles lors de la génération précédente, compte sur son Xbox Live nouvelle génération, sa puissance, et ses jeux en HD pour conquérir le public.

XBOX 360

Avec un an d’avance sur la concurrence, Microsoft va largement profiter du monopole pour booster ses ventes. La console misera grandement sur sa licence phare : Halo, qui placera 3 jeux dans le top 5 des ventes sur Xbox 360 (exclusivités).

Xbox 360
Kinect Adventures! (2010)
Minecraft (2012)
Halo 3 (2007)
Halo : Reach (2010)
Halo 4 (2012)

Vainqueur lors des deux dernières générations de consoles, Sony débarque un an plus tard avec sa Playstation 3. Plutôt que de répondre à la puissance brute de la Xbox 360, Sony va miser sur un lecteur Blu Ray intégré, conscient que le support représente l’avenir.

Playstation 3

Les quelques exclusivités telles que Metal Gear Solid 4, God of War où Gran Turismo vont également permettre à Sony de revenir très vite dans la course.

Playstation 3
Metal Gear Solid 4 (2000)
Gran Turismo 5 (2010)
Uncharted 3 : Drake’s Deception (2011)
Uncharted 2 : Among Thieves (2009)
Metal Gear Solid IV : Guns of the Patriots (2008)

La dernière à se lancer dans la bataille n’est autre que la Wii de Nintendo, qui va miser sur une toute nouvelle manière de consommer les jeux vidéo. 

En effet, la manette de la Wii, la Remote, demande à l’utilisateur de réaliser des actions physiques, en le forçant à se lever de son canapé. 

WII

Avec cette révolution, Nintendo va réussir à conquérir un nouveau public : les non joueurs, en plus de devenir le choix numéro 1 des joueurs occasionnels.

La Wii va également se doter d’un périphérique révolutionnaire, la Wii Balance, qui permettra aux joueurs de prendre part à des séances de sport à la maison, entre autres.

Wii
Wii Sports (2006)
Mario Kart Wii (2008)
Wii Sports Resort (2009)
New Super Mario Bros. Wii (2009)
Wii Play (2006)

Avec plus de 101 millions de consoles vendues, la Wii se positionnera en tête des ventes, même si la PS3 (87 millions) et la Xbox 360 (84 millions) connaîtront un véritable succès. Jamais une génération de consoles n’aura été aussi disputée entre les constructeurs.

8e génération : Place aux services en ligne

La 8e génération de consoles ne marque pas de véritable révolution par rapport aux générations précédentes, même si le gain de puissance se fit ressentir sur la qualité des graphismes.

La Playstation de Sony et la Xbox One de Microsoft embarqueront des composants plus puissants ainsi qu’un espace de stockage beaucoup plus important. La Switch misera, quant à elle, sur la portabilité.

Playstation 4
XBOX ONE
SWITCH

Le stockage amélioré aura pour but de permettre aux joueurs de stocker du contenu récupéré en ligne, puisque cette 8e génération de consoles sera très orientée sur cet aspect.

Les 3 constructeurs vont équiper leurs consoles de plusieurs services en ligne, permettant de récupérer des jeux, de la musique, des films, voire même de discuter en ligne.

Les consoles de jeux de cette 8e génération deviennent de véritables couteaux suisses, puisqu’ils permettent de réaliser quasiment autant d’actions qu’un PC. 

Comme pratiquement à chaque génération, les arbitres seront les exclusivités, puisque de nombreux joueurs achètent leur console en fonction de leurs licences favorites.

Les principaux jeux de la 8e génération de consoles :

Playstation 4
God of War (19,5 millions)
Uncharted 4: A Thief’s End (16 millions)
Marvel’s Spider-Man (13,2 millions)
Horizon Zero Dawn (10 millions)
The Last of Us Remastered (10 millions)
Nintendo Switch
Mario Kart 8 Deluxe (37 millions)
Animal Crossing: New Horizons (33,9 millions)
Super Smash Bros. Ultimate (24,7 millions)
The Legend of Zelda: Breath of the Wild (23,2 millions)
Pokémon Épée et Bouclier (21,8 millions)
Xbox One
Grand Theft Auto V (8,7 millions)
PlayerUnknown’s Battlegrounds (8 millions)
Call of Duty: Black Ops III (7,3 millions)
Call of Duty: WWII (6,2 millions)
Red Dead Redemption 2 (5,7 millions)

Après s’être fait chiper la 1ère place par Nintendo lors de la 7e génération de consoles, Sony récupère son trône avec plus de 113 millions de Playstation 4 vendues.

9e génération : 4K/8K et cloud gaming

La 9e génération de consoles débute en novembre 2020 avec l’arrivée de la Playstation 5 et de la Xbox Series (S et X). De nombreuses évolutions sont présentes, comme l’arrivée de la 4K et de la 8K dans les jeux, le Ray tracing, ou encore la possibilité d’afficher 60 images par seconde.

Cependant, la principale évolution provient du cloud gaming, qui permet aux joueurs de récupérer des jeux via une plateforme en ligne.

Les deux versions d’entrée de gamme que sont la Xbox Series S et la PS5 Digital Edition ne disposent pas de lecteurs Blu-ray, obligeant les possesseurs à acheter les jeux via la plateforme.

Pour l’instant, les statistiques concernant les ventes de jeux ne sont pas encore rendues publiques, et les exclusivités majeures n’ont pas encore le bout de leur nez.