Top 11 des femmes qui ont marqué l’esport

Longtemps considéré comme un milieu réservé aux hommes, l’esport a vu néanmoins quelques femmes s’imposer sur la scène compétitive, et la professionnalisation de l’esport devrait permettre à de nombreuses joueuses d’intégrer le haut niveau dans les années à venir.

Les 11 femmes qui ont marqué l’esport :

  • Sasha « Scarlett » Hostyn
  • Eefje « Sjokz » Depoortere
  • Katherine « Mystik » Gunn
  • Ricki Ortiz
  • Li « Liooon » Xiao Meng
  • Ksenia « vilga » Klyuenkova
  • Heather Martin
  • Rumay « Hafu » Wang
  • Frankie Ward
  • Kim « Geguri » Se Yeon

Que ce soit en tant que joueuse, intervieweuse ou host, nous avons mis à l’honneur 11 femmes qui ont, et qui continueront de marquer l’esport dans les années à venir.

Sasha « Scarlett » Hostyn

La première femme de notre sélection est probablement la meilleure que l’esport n’ai jamais connu. D’après le site esportearnings, Scarlett a cumulé plus de 370 000 dollars de cashprize durant sa carrière, ce qui la place largement en tête chez les femmes. Évoluant sur Starcraft 2, Scarlett s’est très vite fait une réputation, en battant quelques-uns des meilleurs joueurs de la discipline, et notamment quelques-uns des meilleurs coréens. Lors des Red Bull Battle Grounds New York City de 2013, Scarlett affronte Bomber, l’un des meilleurs joueurs de la scène.

Elle rentrera dans l’histoire de Starcraft en remportant la game 3, qui est à ce jour toujours considéré comme l’une des meilleures games jamais vues en compétition. Totalement dominée, elle décidera de tenter un coup de poker en laissant deux banelings sous terres, dans un couloir menant à sa base. Ces derniers ont la capacité d’exploser et de décimer une armée de 30 instantanément. Pari gagnant puisque Bomber tombera dans le piège, laissant ainsi le Best of 3 à Scarlett.

https://www.youtube.com/watch?v=KZQonENcXlI

Entre 2013 et 2018, Sasha « Scarlett » Hostyn n’a cessé de progresser, notamment en s’entraînant en Corée du Sud auprès des meilleurs joueurs. En 2018, les IEM Pyeongchang, tournoi supporté par le comité olympique en personne, offrira à Scarlett l’occasion de représenter le Canada, dans un tournoi extrêmement relevé. Après avoir défait plusieurs joueurs de renom comme SerralElazer, elle domine l’un des meilleurs joueurs du moment, Kim « sOs » Yoo Jin, et devient ainsi la première femme à remporter un tournoi majeur sur Starcraft.

Katherine « Mystik » Gunn

Katherine Gunn plus connu sous le nom de Mystik est présente sur la scène esport depuis 2007, et elle se révélera notamment sur le jeu Dead or Alive 4. Elle atteindra la seconde place des Championship Gaming Series Season de 2007, ainsi que la 3-4 éme place de la même compétition, l’année suivante. En 2010, elle participera à une émission de télé réalité, appelé les
WCG Ultimate Gamer Season 2, qui réunit 12 joueurs dans une maison, afin de leur proposer des défis sur des jeux tels que Halo 3 ou NBA2K.

Vainqueur de l’édition, elle remportera les 100 000 dollars de cashprize, et deviendra la première femme à remporter une somme aussi importante dans le monde de l’esport. Après sa carrière de joueuse profesionnelle, Mystik s’adonnera à sa seconde passion : le cosplay, et rejoindra la team LT3, sponsorisée à l’époque par MadCatz. Elle participera notamment à l’Anime Expo, ou encore la PAX Prime avant de poursuivre la pratique de sa passion en solo.

Aujourd’hui streameuse à plein temps, notamment sur les thèmes du gaming, de la santé et du bien-être, Katherine « Mystik » Gunn n’oublie cependant pas sa passion pour les jeux vidéo. On a pu notamment la voir évoluer lors des Twitch Rivals Warzone Streamer Showdown, un tournoi online regroupant des streamers sur le jeu Call of Duty.

Eefje « Sjokz » Depoortere

Ancienne joueuse professionnelle sur Unreal Tournament ’99, Sjokz a remporté à plusieurs reprises l’Eurocup avec l’équipe nationale belge. Diplômée d’un Master en journalisme, Sjokz a débuté sa carrière en participant à « The Summoners Recap« , l’un des premiers show autour de League of Legends. Elle a également prit part au show « Youtube Whose League is it anyway? » dirigé par Travis « Tnomad » Gafford. Elle l’a d’ailleurs remercié à plusieurs reprises de l’avoir aidé à gagner en visibilité dans le monde de l’esport.

Depuis, on a pu la voir sur le plateau des OGN championship, en Corée du Sud, au côté de celui qui l’a découvert. Après avoir passé quelques années chez ESL, Sjokz passera 4 ans comme employée chez Riot, avant de devenir Freelance. Ce changement de situation lui a notamment permis d’apparaître sur d’autres scènes, comme celle de Counter Strike : Global Offensive, lors des BLAST Pro Series de São Paulo.

Capable d’arborer les casquettes d’host, de reporter ou de commentateur, Eefje « Sjokz » Depoortere est reconnu comme l’une des femmes les plus influentes dans le milieu de l’esport. Elle sert aujourd’hui de modèle à de nombreuses femmes qui envisagent une carrière dans l’esport, à l’instar d’Ovilee, la présentatrice des LCS NA qui avouait vouloir devenir la Sjokz version NA dans les années à venir.

Li « Liooon » Xiao Meng

Novembre 2019, Liooon devient la première femme à remporter les Hearthstone Grandmasters Global Finals, sur le célèbre jeu de cartes de Blizzard, empochant au passage la très jolie somme de 200 000 dollars. Après avoir écarté tom60229 et Fenomeno en poule, elle l’emportera contre l’Allemand Casie au terme d’un match serré, lors de la demi finale. En finale elle s’imposera contre toute attente 3-0, contre l’américain bloodyface.

Longtemps moquée dans sa carrière de joueuse professionnelle, Li « Liooon » Xiao Meng a partagé une anecdote après sa victoire aux Grandmasters. Deux ans plus tôt, lors de son premier tournoi Hearthstone où elle attendait en backstage, un joueur lui aurait lancé « Si tu attends pour la compétition Hearthstone, tu devrais t’en aller, ce n’est pas pour les filles ». Liooon a affirmé vouloir devenir un exemple pour les filles souhaitant faire carrière dans l’esport, en montrant qu’elle pouvait l’emporter face au sexe opposé.

Si tu attends pour la compétition Hearthstone, tu devrais t’en aller, ce n’est pas pour les filles

Un joueur à Li « Liooon » Xiao Meng, lors de son premier tournoi Hearthstone

Pour gagner, Liooon a dévoilé qu’elle s’entraînait environ 5 heures par jour, et qu’elle regardait les compétitions le reste du temps, afin d’analyser le gameplay de ses adversaires potentiels. Aujourd’hui la jeune Chinoise a décidé de mettre ses études de droit entre parenthèses afin de tenter de vivre de l’esport. Elle espère notamment débuter en tant que commentateur dans les années à venir.

Ricki Ortiz

Rares sont les femmes ayant atteint le top 8 des prestigieux Evolution Championship Series mais Ricki Ortiz a réalisé cette performance à de nombreuses reprises durant la période 2003-2009, s’offrant même le luxe de figurer dans le dernier carré à quatre reprises. En 2010, elle surprend tout le monde en atteignant la finale sur le jeu Street Fighter IV, et même si elle s’inclinera face à la légende Daigo, elle gagnera ce jour-là le respect de toute la scène des jeux de combat.

Capable d’évoluer à un haut niveau sur Street Fighter III: Third StrikeMarvel vs. Capcom 2: New Age of HeroesCapcom vs. SNK 2 and Street Fighter IV, c’est bien sur Street Fighter V qu’elle accomplira son principal fait d’arme. En 2016, alors qu’elle participe aux Capcom Pro Tour NA Regional Finals, elle parvient à accrocher les places qualificatives donnant accès à la finale de la Capcom Cup 2016 à San Francisco.

Après avoir battu le japonnais Haitani en demi-finale, elle s’inclinera en finale du winner bracket contre son compatriote américain NuckleDu, avant de s’offrir un autre japonais, Kazunoko, en finale du lower bracket, sur un score sec de 3-0. Elle retrouvera donc NuckleDu en finale pour la revanche, mais devra s’incliner une seconde fois. Elle empochera les 60 000 dollars de la seconde place, ce qui demeure à ce jour son plus gros cashprize engrangé en tournoi.

Ksenia « vilga » Klyuenkova

Avec ses 18 trophées remportés depuis ses débuts en 2010, vilga est l’une des joueuses la plus titrées de la scène féminine sur Counter Strike : Global Offensive. Elle est également devenue la joueuse ayant remporté le plus de cashprize sur le jeu, devant ses anciennes teamates : Zainab « zAAz » Turkie et Julia « juliano » Kiran. Elle doit notamment sa première place à sa victoire lors des WECG de 2017, qui se déroulait en Chine, et qui offrait un cashprize de 100 000 dollars à l’équipe gagnante.

Vainqueur à 3 reprises des Intel Challenge Katowice ainsi que des Copenhagen Games 2017 – Female à 4 reprises, Ksenia « vilga » Klyuenkova a remporté tous les trophées possibles sur le jeu de Valve, mais n’est toujours pas parvenu à sortir d’un Qualifer d’une compétition mixte. Elle avouait vouloir aider les équipes féminines à s’imposer sur la scène globale de CSGO, bien que la concurrence sur le jeu soit démentielle. Pour elle, l’implication des femmes n’est pas encore au niveau de celui des hommes, ce qui explique en partie la différence de niveau actuelle.

Rumay « Hafu » Wang

Rumay Wang, plus connu sous le pseudonyme Hafu, est à la base une joueuse de World of Warcraft, jeu sur lequel elle se fera connaitre en 2008 suite à des performances remarquées lors de tournois majeurs. Vainqueur de la MLG Orlando et de la MLG Dallas, elle finira, avec son équipe, sur la troisième marche du tournoi organisé lors de la Blizzcon 2008. Très vite, elle sera reconnue par la communauté comme étant l’un des meilleurs joueurs de la scène WOW.

En 2011, Hafu décide de se poser sur Bloodline Champions, et en 2012, elle remportera la DreamHack Summer 2011 Bloodline Champions 3vs3 à Jönköping, en Suède. Devenue streameuse depuis, Hafu n’a cependant pas perdu le gout de la compétition, puisqu’on a pu la voir atteindre les demi-finales de la Red Bull Team Brawl: Spring 2017. Mais c’est bien sur Teamfight Tactics qu’Hafu est la plus présente depuis 2019, avec notamment une seconde place lors de la TwitchCon 2019 – TFT et des Battlegrounds Brawl.

Véritable star sur Twitch, Rumay « Hafu » Wang est l’exemple parfait qu’une femme peut performer dans l’esport, et elle ne cesse de le démontrer en participant à des tournois sur plusieurs jeux différents. On a notamment pu la voir lors des Twitch Rivals sur le célèbre jeu de cartes Magic: The Gathering Arena, où elle est a prit la 10 ème place du classement.

Heather Martin

Heather Martin est connue comme étant l’une des premières femmes à atteindre les finales d’un grand tournoi esport. En 1990, Nintendo organise des tournois qualificatifs aux quatre coins des États-Unis, dans le but de promouvoir sa marque. Au programme, 3 épreuves sur les jeux Super Mario Bros, Rad Racer et Tetris et le vainqueur de chaque étape remportent leur ticket pour les finales à l’Universal Studios d’Hollywood. Après une solide performance sur Tetris, Heather Martin remportera l’étape d’Oklahoma City, et s’envolera pour les finales en Californie.

Surprise par la hype autour de l’événement, Heather avoua ne pas être en pleine possession de ses moyens ce jour-là. Elle se crashera sur le jeu Rad Racer, lui permettant tous de même d’atteindre le score de 530 000 points. À titre de comparaison, le gagnant du tournoi, Thor Aackerlund, terminera avec un score de 2,9 millions de points, soit 400 000 de plus que l’autre finaliste. Quoi qu’il en soit, Heather Martin est à ce jour reconnu comme étant l’une des pionnières de l’esport chez les femmes.

Kim « Geguri » Se Yeon

Kim « Geguri » Se Yeon n’est probablement pas la plus connue de cette liste, sauf pour les fans de la scène Overwatch. Geguri est une joueuse professionnelle, évoluant dans la team sud-Coréenne : Shanghai Dragons. À 17 ans, elle deviendra l’une des plus jeunes joueuses professionnelles à intégrer la ligue « Apex » sur Owerwatch, et même si elle vivra une première saison compliquée, elle attirera très vite l’attention des observateurs.

En 2018, elle rejoint les Shanghai Dragons, et deviendra la première femme à évoluer dans la mythique Overwatch League, qui regroupe l’élite de la scène. Elle remportera plusieurs tournois majeurs avec son équipe, comme les Overwatch League 2020 – Countdown Cup, les Overwatch League 2020 – May Melee ou encore la saison régulière de l’Overwatch League 2020. Aujourd’hui, Geguri s’est imposé comme l’un des meilleurs joueurs d’off-tank de la scène Overwatch.

Frankie Ward

Seconde journaliste de notre article, Frankie Ward est tombée amoureuse de l’esport lors d’un reportage qu’elle réalisait à l’époque pour la BBC, lors des quarts de finale des championnats du monde de League of Legends de 2015. Devenu producteur pour Twitch en 2016, elle fit une apparition aux ESL Hearthstone Premiership Final en tant qu’Host, pour la première fois. Depuis 2018, elle a fait du métier d’Host son activité à plein temps, et on a pu notamment la voir sur les scènes NHL, CSGO et PUBG.

Elle a également présenté le PC Gaming Show 2018 à l’E3, lors d’une représentation qui aura attiré pas moins de deux millions de spectateurs. L’année suivante, elle s’imposera comme l’une des figures majeures de la scène Counter Strike : Global Offensive, en devenant reporter lors des ESL Intel Extreme Masters CS:GO Major Championship. Aujourd’hui bien installée sur le jeu de Valve, Frankie s’est fait une place de choix auprès de la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *